Nos premiers titres sur Google Livres

Ca y est, nous avons mis en place nos deux premiers titres sur Google Livres. Nous débutons l'opération (l'expérience) avec deux livres de Michel Droulhiole : Le vinaigre malin et le Dico-Guide des vins de France.

Le principe est très simple, permettre aux internautes de feuilleter l'ouvrage : 20% des pages, ce qui est juste ce qu'il faut pour découvrir le livre et avoir envie d'en lire plus 😉

Le service est consultable depuis le site GOOGLE mais on peut également l'intégrer dans n'importe quelle page web (comme sur ce blog, voir plus bas). Ça représente une opportunité pour les livres présents dans ce programme car leur visibilité n'est que meilleure.

Voici un exemple avec le vinaigre malin. Qu'en pensez-vous ?

x

Helvetica for ever ?

L'helvetica est partout autour de nous, à tel point qu'on ne se rend même plus compte. Dessinée par Max Miedinger dans les années 50, cette police de caractère sans serif s'est rapidement imposée comme symbole absolu de la modernité.

J'ai eu l'opportunité de voir un extrait du film de Gary Hustwit à Stanford, ce qui m'a donné envie d'acheter le DVD que l'on trouve facilement sur amazon. C'est très rigolo de voir comment une fonte devient une star : un film et un livre !

Il est certain qu'on est assez éloigné d'un film d'action 😉 mais on est vite fasciné par l'importance que peut avoir pris cette police de caractères dans nos vies. Parfum de la ville, symbole de modernité, logos de presque toutes les grandes sociétés US, ça finit même par devenir angoissant tant cette uniformité a l'air de déteindre sur nos pensées. Sommes nous en train de devenir tous Suisses ?

Heureusement (ou pas), il y a un endroit où Helvetica n'a pas droit de cité : c'est le PC puisque pour éviter d'avoir à payer des royalties, Microsoft a fait développer un clone : Arial. Les deux polices sont ressemblantes mais un oeil exercé sait les identifier. C'est d'ailleurs devenu un petit jeu : à vous d'essayer :

Milton Friedman : Capitalisme et Liberté

Dans la série "les mystères de l'édition", il existe un livre qui est pour beaucoup le manuel du libéralisme. Il est considéré par la National Revue comme le dixième ouvrage de non fiction le plus important du XXe siècle, Capitalism and Freedom a été publié dans plus de 18 langues et vendu à plus de 500 000 exemplaires mais n'est plus en vente dans notre beau pays depuis des années, sans doute parce que les Français sont les plus méfiants envers le capitalisme.

Freemarkets_jan06_grph1

L'auteur, Milton Friedman, (prix Nobel d'économie en 1976) est souvent cité en ces temps de crise et opposé dans les titres de la presse à Keynes. Un simple exemple : Michel Rocard  le verrait bien comparaître devant la cour pénale internationale pour crime contre l'humanité (source blog Sylvain Besson) alors qu'il est paradoxalement l'homme politique qui a été le plus proche d'appliquer certaines de ses idées (flat tax = CSG ?)

Trois ans après la disparition de Milton Friedman et alors que la crise financière fait rage, on remet en cause le modèle économique actuel, il est plus que temps d'étudier à nouveau ce texte afin de pouvoir s'interroger comme le faisait Daniel Cohen dans Le Monde du 3 janvier 2009 : "Keynes ou Friedman ?"

Il y a de nombreuses injustices dans le capitalisme mais 20 ans après la chute du mur de Berlin, ce livre pose une question intéressante : peut-il y avoir une liberté politique sans liberté économique ?

couverture Capitalisme et liberté

Un flashmob pour Oprah Winfrey

Qu’est-ce qu’un flashmob ? Il s’agit d’un mouvement de foule organisé en général avec l’aide des outils internet et ça donne souvent des résultats surprenants. L’idée est de réunir un maximum de personnes qui se mettent d’un coup à agir de manière étrange. Un exemple déjà ancien puisqu’il date de 2006 : Frozen Grand Central à New York City.

Mais là, je m’interroge car je ne comprends pas comment on peut arriver à faire répéter à plusieurs milliers de personnes et réussir faire une telle surprise à Oprah Winfrey. Et vous ?

Nouvelles de la foire

Une citation résume la situation :

"The new thing is never as good as the old thing, at least right now. Soon, the new thing will be better than the old will be. But if you wait until then it’s going to be too late." Sara Lloyd

Je me risque à traduire : "Les nouvelles choses ne sont jamais aussi bonnes que les anciennes (enfin jusqu'à maintenant) et bientôt, les nouvelles choses seront meilleures que les anciennes. Mais si vous attendez ce sera trop tard."

PS : Il nous reste encore deux belles journées à arpenter les allées de la foire. Entre l'innovation n'est pas que numérique et quelques idées en marketing sont à noter. Je me demande si toutes sont à reprendre (sauf si j'arrive à convaincre nos auteurs ;-). Exemple : 

IMG_1240

Foire de Francfort #fbf09

Aujourd'hui démarre la foire internationale de Francfort, qui est le plus grand événement de l'édition mondial et plus connue sous son nom allemand "Frankfurter Buchmesse" ou encore "Frankfurt Book Fair".
La veille de la foire, de nombreuses conférences sont traditionnellement organisées et nous avons eu le plaisir de participer à la TOC conference (Tools of Change for Publishing de Tim O'Reilly).

IMG_1161 

L'information à retenir est visible sur cette slide qui a été reprise par plusieurs intervenants : le marché du livre numérique a clairement décollé. Ce qui est moins clair, c'est la façon de prendre la vague car beaucoup de pistes ont été évoquées 😉

La majorité de nos confrères semble avoir peur du numérique car cela remet en question l'industrie alors qu'il faudrait prendre exemple sur Dominique Raccah de Sourcebook qui a présenté sa stratégie pour prendre le virage, une attitude simplement proactive et positive. Très efficace à mon avis.

Evidemment en pareil événement, Twitter était de la partie avec le hashtag #tocfrankfurt pour la conférence et #fbf09 pour la foire.

Kindle en France

L'annonce est tombée la semaine dernière, juste avant la foire de Francfort : le Kindle d'amazon est enfin accessible aux lecteurs du monde entier. Pour le moment, seuls sont disponibles environ 200 000 titres en anglais mais parions que nous y serons bientôt 🙂

IMG_0858
Sur cette photo, le kindle que j'ai rapporté cet été des USA, il ne prend pas beaucoup de place dans la bibliothèque et il peut contenir jusqu'à 1500 livres ! Et sur l'écran, le premier livre que j'ai lu dessus : The Film Club de David Gilmour, un témoignage que j'aurai le plaisir de publier en français au mois d'avril prochain.

Une fois passé les premiers moments, la lecture sur le kindle est très agréable
et on oublie vite qu'on ne lit pas sur papier… J'étais réticent au
début et je suis conquis ! Le succès du Kindle aux USA est tel que les
ventes d'un livre peuvent y dépasser les ventes de l'édition papier
(exemple : Dan Brown). Évidemment, cela ne concerne que les ventes en ligne et malgré mon enthousiasme pour les nouveaux outils, je me demande encore s'il faut avoir peur pour l'avenir du livre traditionnel. Et vous, qu'en pensez-vous ?