Thoughts about speed reading

A few years ago I attended a course about speed reading. It was during my years at CJD, Centre des Jeunes Dirigeants, an organisation in which I did a lot of training.

I am a reader. And when we measured our speed I was one of the fasted. No big surprise, book publishers read a lot and they have to be able to read fast. No big deal. I remember being fascinated by my father when I was a kid, his ability to read a letter just by ‘taking a photo’ with his eyes and returning the document to me and saying: you’ve made a mistake… Continue reading “Thoughts about speed reading”

Bye bye CJD

Ça y est j’ai annoncé sur la page Facebook que je jetais l’éponge pour l’aventure Du Centre des Jeunes Dirigeants à Londres.

Une belle histoire

J’ai découvert le mouvement en 2009 à Paris et il porte bien son surnom d’école des dirigeants. Les années que j’y ai passé m’ont transformé et m’ont permis d’aller nettement plus loin.

Avec comme vocation de mettre l’économie au service de l’homme, le Cjd m’a permis de faire un travail (jusqu’au parcours Copernic) qui m’a donné des outils mais m’a certainement aussi aidé à comprendre le sens de mon métier.

Le CJD London

Quand je suis arrivé à Londres en 2013, j’ai croisé des dirigeants d’entreprises et j’ai eu envie de créer une petite section. Après tout, Londres est bien une ville française. Alors c’était pour moi l’occasion de me trouver une sorte de nouvelle famille et de rendre au mouvement qui m’a tant apporté.

On a bien démarré, constitué un petit groupe et même réussi une belle plénière prestige avec 150 dirigeants dans les locaux de PayPal.

En réalité j’ai renoncé en septembre 2016 faute de combattants. J’avais bien réussi à regrouper quelques camarades autour de moi mais il faut beaucoup plus que quelques dirigeants d’entreprises débordés pour créer une offre et des activités.

C’est sans doute l’aspect que j’avais le moins bien mesuré en voulant créer ce CJD, pratiquement tous les jeunes dirigeants que j’ai rencontré sont dans la démarche de démarrer un business à Londres tout en gérant des activités dans un voire plusieurs pays.

A commencer par moi, l’été dernier quand j’ai appris que nous allions avoir des jumeaux, j’ai compris que je m’en étais trop mis sur le dos : la société a Paris, Eddison Books à relancer, la startup Ptolemy, Le CJD. J’ai dû faire des choix.

Je ne le regrette pas même si le CJD gardera toujours une place spéciale dans mon cœur. Ce mouvement m’a tellement apporté que je serais bien-sûr ravi de participer si quelqu’un était prêt à en reprendre le flambeau. J’ai fait pour ma part plus que deux ans de présidence et ce n’est plus à moi de continuer.

Un futur?

Je vais laisser la page Facebook active encore quelques mois avant de la fermer définitivement. A moins bien sûr que des dirigeants non identifiés ne se manifestent.

le CJD, Centre des Jeunes Dirigeants

Je crois qu'il est temps pour moi de faire un "coming-out". Rien de grave rassurez-vous mais depuis quelques mois, je participe à un mouvement qui s'appelle le CJD (Centre des Jeunes Dirigeants). Ce truc bizarre réunit tout simplement des patrons qui ont envie de réfléchir, se former, expérimenter et s'engager. 

Je vous invite à découvrir ce film promotionnel (j'adore le passage dans lequel il est question d'expérimenter les femmes dans le milieu du béton prêt à l'emploi… bien sûr que ça peut marcher ;-).

Le mouvement a été créé en 1938 par Jean Mersch et d'autres jeunes patrons qui souhaitaient "réhabiliter la fonction patronale" et "mettre l'économie au service de l'homme". C'était l'époque du Front Populaire et les mentalités avaient un grand besoin de changement. Depuis, le CJD est toujours en pointe (à voir, l'historique des propositions). Avec des concepts comme la performance globale (économique, sociale et sociétale), Le CJD fait avancer une nouvelle façon de considérer l'entreprise dans son ensemble.

Ce qui m'a le plus fasciné avec cette démarche, c'est sa modernité. Je théorise un peu : au XXe siècle, nous sommes passé d'une ère durant laquelle les organisations efficaces étaient pyramidales, avec un sommet pensant et une mode d'action essentiellement vertical, à un monde matriciel dans lequel les individus ont plus d'autonomie et agissent entre eux. C'est par exemple le mode de fonctionnement de l'encyclopédie wikipedia qui ne fonctionne qu'avec les initiatives individuelles. 

A titre d'illustration, je vous invite à voir ou revoir la conférence donnée par David Weinberger à LeWeb'08.