Une nouvelle interface pour tous nos écrans (et plus) ?

Chaque année, on pense avoir tout vu. Hé bien ce n’est pas fini… je vous encourage à regarder cette démonstration de Leap motion qui lance à l’automne un produit qui pourrait bien révolutionner nos interfaces. Cela se présente sous la forme d’un petit boîtier qui est disponible en précommande pour moins de 70$ (ceux qui me connaissent savent que j’attends déjà le mien ;-)).

Ce boîtier, de la taille d’une clé USB promet de remplacer clavier, souris, touch screen et toute autre interface… (dixit le site)

On avait déjà exploré ce genre d’interface avec des produits comme la Kinect mais dont les interactions semblent assez grossières en comparaison avec ce qui est présenté là. Pour son lancement, la Leapmotion sera accompagnée d’un appstore (le SDK est disponible pour les développeurs).

On peut déjà imaginer les milliers d’applications qui peuvent en découler. Bref, je ne serais pas surpris qu’un jour, il n’y ait plus de traces de doigts sur nos smartphones/tablettes…

Pour en savoir plus, vous pouvez aussi aller lire ce billet de theVerge qui ont shooté une autre vidéo du CTO David Holz.

LeWeb : London Calling

Alors que David Cameron annonçait en marge du G20 son intention de “dérouler le tapis rouge” à l’attention des entreprises françaises fuyant l’impôt, c’est à Londres que s’est ouverte ce matin la conférence de Géraldine et Loïc Le Meur : Le Web.

Il paraît évident que le gouvernement anglais a une politique visant à encourager les entrepreneurs à venir, à s’installer et à se développer ici à Londres. J’espère que notre nouveau gouvernement ne les poussera pas trop 😉

En ouverture une artiste qui reviendra à plusieurs reprises, Lindsey Stirling dance en jouant du violon et se présente comme violoniste hip-hop.

Tapis rouge

La conférence s’ouvre sur un panel composé de collaborateurs du Prime-Minister, celui-là même qui parle de tapis rouge, sujet qui a été évoqué et sur lequel Loic Le Meur a préféré ne pas s’exprimer… Je respecte 😉

Après la révolution Gutenberg, il y a maintenant le Big Data. C’est pratiquement la transition qui a été faite par Eric Hazan et Philipp Nattermann de chez McKinsey qui ont publié un nouveau rapport. ils nous ont abreuvé de chiffres : il y a maintenant 2 milliards d’internautes et la data est partout. Par exemple, l’iPhone a une quinzaine de capteurs qui génèrent de la donnée en permanence… Ca n’arrête pas et on compte maintenat en exabytes, zettabytes (ne me demandez pas combien ça fait, c’est beaucoup).

Instagram

Le sujet d’après était non moins intéressant mais plus trivial, Jamie Oliver (le cuisinier) et Kevin Systrom ont discuté de Instagram, l’application qui vient d’être rachetée pour 1 milliards de dollars par Facebook.

Google+

Ensuite, Bradley Horowitz qui est Vice President of Product Management pour Google+ annonce un partenariat entre Google+ et Flipboard qui est sans doute l’application la plus agréable à utiliser pour lire sur tablette ou smartphone (si vous ne l’avez pas essayé, vous allez vous régaler). Il nous a fait ensuite une démo de hangout qu’il faut tester.

Ensuite, après Badoo et Box, une table ronde animée par Michael Arrington réunissait deux start-up qui se sont lancées sur le même marché : Uber et Hailo. C’était un peu comique mais j’ai surtout eu une pensée pour Benoît Galy qui avait lancé il y a quelques années une application formidable : GEOTAXI qui permettait de commander un taxi par son iPhone. Très innovant mais difficile à vendre à une profession qui n’en voulait pas. Dommage !

Evernote

La star de LeWeb, c’est désormais lui, Phil Libin, fondateur de Evernote qui nous a donné quelques chiffres. Evernote c’est désormais :

  • 34 millions d’utilisateurs,
  • dont 1,3 millions de payants (4% en gros)
  • 75% des nouveaux utilisateurs viennent du mobile.
  • etc.

Ensuite, l’intervenant de facebook nous a rappelé que lors des JO de Pékin, il y avait 100 millions d’utilisateurs de facebook (il y en aura 9 fois plus pour les JO de Londres, ça promet d’être animé). Je suis aussi allé me balader du côté des start-up, c’est toujours intéressant de les entendre pitcher.

Une montre Pebble

C’était une des star de l’après-midi : la montre développée par Pebble et qui a été lancée via le site Kickstarter qui sert habituellement à trouver des 1ers fonds pour un projet.

Zach Sims de Code Academy nous a expliqué que si n’importe qui ne peut pas devenir programmeur, tout le monde devrait en apprendre les bases (sur son site bien sûr).

Jeremiah Owyang de Altimeter Group nous en a remis une couche sur le Big Data en nous rappelant que 250 millions de photos sont chargées sur facebook chaque jour !  D’après lui, si on les imprimait, ça représenterait une hauteur de 80 fois la tour Eiffel… (Si quelqu’un pouvait vérifier pour moi ;-))

Enfin et pour finir la journée, j’ai écouté avec beaucoup d’intérêt l’intervention de Martin Varsavsky, le fondateur de FON, qui nous a rappelé que gérer son temps, c’est dire non plus souvent…

 

L’auteur est mort

Je reprends juste une citation de Matthieu Nebra dans un passionnant article de ActuaLitté : L’intelligence collective, un véritable avenir pour l’édition. Dans le contexte actuel, ils sont nombreux ceux qui pronostiquent la mort de l’éditeur, du livre, de la lecture, du libraire et pourquoi pas de l’auteur. Quand il parle de trois types de lecteurs et de leurs contributeurs, Matthieu Nebra nous rappelle que nous sommes entré dans une nouvelle ère, celle des interactions et non plus du savoir qui descend de la montagne.

Si vous ne connaissez pas, je vous recommande le site du zéro. Excellent moyen de se former à l’informatique et à internet. Je vous invite aussi à regarder le nombre de cours disponibles… Du point de vue du contenu, de la qualité des formations, c’est une réussite indéniable. Essayez le tutoriel sur html5 et CSS3, il devrait d’ailleurs être obligatoire 😉

On voit un peu la même chose dans la vidéo de Chris Anderson, c’est aussi ce principe d’intelligence collective qui a fait la force de wikipedia tous les lecteurs contribuent, même s’ils ne corrigent qu’une virgule. D’ailleurs, tout le contenu est sous licence creative commons, ce qui signifie que la copie en est libre.

Par contre, on peut douter du modèle économique : si tout le contenu est disponible gratuitement en ligne, qui va payer pour acheter le livre ? On peut se demander si l’auteur va pouvoir continuer à en vivre…

Chris Anderson : Comment la vidéo sur le web alimente l’innovation mondiale

Depuis la révolution Gutenberg, le livre a été le support d’une accélération de la connaissance qui a conduit notre civilisation à conquérir le monde et à envoyer des hommes jusque sur la lune. Voici la nouvelle révolution, une autre accélération de l’histoire qui est en cours avec la video et internet.

Chris Anderson (ne pas le confondre avec son homonyme le rédacteur en chef de Wired) s’occupe de TED, ce qui n’est pas si mal. Dans cette vidéo, après un ice-breaker sur le trac de tous les speakers qu’il envoie sur scène, il explique en quoi la vidéo révolutionne l’innovation mondiale. Nous sommes des milliards sur terre et nous sommes dorénavant connectés, l’humanité est en train de devenir une foule qui partage.

Partant du constat que la video sur internet est en train de révolutionner la dance et de nombreux autres exemples, il montre aussi comment les TED et les TEDx participent à ce mouvement d’accélération mondiale, une accélération de connaissance, d’humanité et de progrès.

La vidéo est aussi disponible sous-titrée en français sur le site de TED (en flash).

Il y a beaucoup de nouvelles possibilités pour s’éduquer en regardant des vidéos sur internet. J’ai envie de citer : Lynda.com, la Kahn Academy et tout récemment les universités de Harvard et le MIT se sont associées pour créer le EdX online Learning Project.

Notre site en chantier

Ça y est, nous y sommes. Cette semaine avec Aurélie, nous avons mis en place les redirection d’url depuis notre ancien site qui tournait sur la plateforme powerboutique vers la plateforme izibook. Vous pouvez dès à présent visiter le nouveau site des éditions Leduc.s

Ce nouveau site nous permet de continuer à vendre nos livres en format papier mais aussi, et c’est nouveau, de les proposer en formats numériques. Nous essayons de proposer la meilleure accessibilité possible aux textes et aux auteurs que nous défendons et quand c’est possible, nous offrons un accès à un maximum de formats et sans DRM (digital rights management, systèmes anti-copie particulièrement pénalisants pour l’utilisateur.)

Pour le moment et même s’il nous faut saluer le travail de Nuxos Group qui est l’éditeur d’izibook, le site est encore en beta. N’hésitez donc pas à me faire un retour avec vos commentaires, on fera tout notre possible pour l’améliorer.

Siri, le cadeau d’adieu de Steve Jobs

Cette semaine, j'ai raté la keynote d'apple. En écoutant les commentaires, je me suis dit bof, il n'y pas d'iPhone 5… et j'avais donc raté ce qui ressemble à la dernière révolution en matière d'OS : Siri. Mais quand j'ai vu la vidéo qui suit, j'ai compris que je m'étais trompé : l'iPhone est en train de garder une longueur d'avance et Apple un avantage compétitif.

Siri est une nouvelle interface à commande vocale. Le concept n'est pas nouveau mais ce qui change, comme souvent avec Apple, c'est que cela semble fonctionner !!! 

Continue reading “Siri, le cadeau d’adieu de Steve Jobs”

Les nouveaux maîtres du monde

Ces deux derniers jours, j'étais à LeWeb, la fameuse conférence organisée par Loïc Lemeur à Paris. C'était un petit peu la Silicon Valley sur Seine, l'occasion de rencontrer plusieurs centaines d'entrepreneurs. Un évènement d'importance qui est même chroniqué sur les médias US, par exemple MarketWatch qui a nommé récemment Steve Jobs CEO de la décennie.  

J'ai eu l'impression de rater quelque chose : en même temps, à San Francisco, Salesforce donnait sa conférence annuelle : DreamForce (l'occasion de croiser Bill Clinton et Stevie Wonder… et j'espère que comme moi, vous appréciez les Black Eyed Peas 😉


C'est impressionnant : il y a presque 15.000 personnes dans la salle. Les autres chiffres sont encore plus renversants entre le demi-milliard d'utilisateurs de facebook, les centaines de millions d'utilisateurs de twitter. Marc Benioff, CEO de Salesforce nous donne encore d'autres chiffres : l'iPad se vendrait à plus de 1 million d'exemplaires par mois alors que le produit n'était pas inventé il y a seulement un an.

Le dernier chiffre que j'ai envie de citer, 10 ans que la solution salesforce est présentée, les choses ont changées puisqu'on est passé de Bush à Obama 😉

 

 

Faut-il opposer éthique et numérique ?

Je vous recommande de regarder cette conférence donnée par Fabrice Epelboin. Le sujet peut sembler un peu philosophique et pourtant, il y a tellement de questions à régler, peut-être que cette idée de créer un comité d'éthique pour le numérique mérite d'être creusée. Je pense en particulier à l'opposition entre propriété intellectuelle et liberté sur laquelle on doit s'interroger…



Ethique et numérique : utilisation raisonnée des technologies | ReadWriteWeb France

Si ces questions vous intéressent, je vous recommande d'aller voir le site de l'Université du SI ainsi que les podcasts USI (avec Michel Serres, Daniel Cohen, Eliahu Goldratt, etc.)

Les rencontres entre geeks et boss… j'en viens à me demander de quel côté je me trouve 😉

Faut-il préférer le livre électronique ou le livre papier ?

Sur ReadWriteWeb, un premier post de Richard MacManus nous donne 5 raisons de préférer le livre électronique (ebook) au livre papier.

  1. Le Social Highlighting, c'est à dire la possibilité de partager ce que l'on souligne. La nouveauté est en effet qu'on n'est plus seul face à sa lecture.
  2. Les notes : au lieu d'écrire dans la marge, la possibilité de taper ses notes (et de les récupérer).
  3. Les dictionnaires intégrés : pas la peine d'aller chercher le dictionnaire dans l'étagère.
  4. La possibiilté de twitter ou d'envoyer sur facebook des citations (encore une fois, de partager sa lecture)
  5. La recherche : c'est sans doute un des aspects les plus pratiques de la lecture sur eBook.

Mais dès le lendemain, Richard MacManus publiait un autre billet intitulé 5 raisons pour lesquelles préférer le livre papier.

  1. le toucher (ah le papier 😉
  2. Packaging : hé oui, il y a la couverture.
  3. Le partage : rien à dire, il est plus facile de prêter un livre.
  4. Pour le garder : oui, on sait qu'un livre peut rester pendant des siècles dans une bibliothèque. Qu'en est-il du kindle ?
  5. Les livres d'occasion : j'ai longtemps acheté mes livres chez Gibert mais depuis que je suis éditeur, je suis moins fan 😉

La Bibliothèque d'Alexandrie

Bien sûr, je trouve que les avantages du livre papier sont écrasants : c'est d'abord économique, facile à transporter et à offrir mais surtout, ça ne tombe jamais en panne de batterie. Pourtant, la comparaison n'est pas tout à fait juste car quand j'ai un livre électronique dans la main, ce n'est pas tout à fait un livre, c'est un potentiel de milliers de livres et quelque part, c'est toute la connaissance du monde qui est accessible, à portée de doigts.

Premier jour à Yale

Je me trouve à New Haven, Connecticut pour le Yale Publishing Course et je pense que c'est le meilleur endroit au monde pour travailler sur les révolutions que sont en train de vivre notre industrie. Pour ceux que ça intéresse, il y a un blog officiel par Linda Ruth. On peut aussi suivre la conférence en direct avec twitter et le hastag #ypc10.

Pour le premier jour, on a beaucoup parlé de Joseph A. Schumpeter et de destruction créatrice. D'abord avec Paul Saffo sur la fin de l'âge de la consommation de masse et l'avènement de celui des "créateurs". Ensuite, on a pris encore un peu d'altitude avec Richard Foster de l'université de Yale pour revenir à du plus concret avec David Young, CEO of Hachette Group qui a d'ailleurs partagé avec nous cette vidéo qui est une vraie réussite.

Pour la suite, Robert Baensch nous a un peu démoralisé avec la situation et les chiffres aux USA ; pas grand chose de positif à part les e-book. On a d'ailleurs conclu là-dessus avec l'intervention de Charles Melcher dont le propos est de nous montrer que nous avons besoin de découvrir ou 'inventer la grammaire de l'édition électronique.

Pour la fin de journée, ceux qui ont été à Stanford se souviennent de l'inusable et toujours rafraichissant Martin Levin et ses 10 plus grandes erreurs dans l'édition.

Du livre 1.0 au livre 3.0

Je ressors cette vidéo que vous avez peut-être déjà vue. Bien avant Gutenberg, le livre a connu une première révolution lorsque nous sommes passé du rouleau de papyrus au codex.

Ces deux énergumènes m'amusent toujours, tant cela illustre bien les résistances et les blocages face aux nouvelles technologies, nouveaux outils, nouvel erp… des dialogues comme ça, j'en vois tous les jours 😉 pas vous ?

Cette année, au salon du livre, le mot numérique est sur toutes les lèvres et c'est à cette occasion que j'interviendrai mardi 30 mars à 11h, en compagnie de Alain Pierrot et Dominique Bigourdan, sur le stand de l'ASFORED.

Sinon, n'hésitez pas à passer me voir sur le stand de notre diffuseur Dilisco, K59. J'y serai lundi une bonne partie de la journée.