internet détruit la concentration et reconnecte nos cerveaux

A la suite de ma publication d'une présentation sur la transformation de la lecture, Jean-Sébastien Ordonneau me faisait justement remarquer sur facebook un article :  Author Nicholas Carr: The Web Shatters Focus, Rewires Brains

Une expérience menée en 2007 par Gary Small montre que l'usage d'internet tend à changer la façon dont fonctionne notre cerveau. L'expérience a démontré que l'activité du cerveau (cortex frontal) est plus intense chez les surfeurs expérimentés.

Mais ce que cette expérience et de nombreuse autres ont démontré, c'est que la lecture électronique avec tous ses liens hypertextes entraine une moins grande concentration. On s'en serait douté mais le lecteur sur internet a tant d'occasion de surfer, c'est à dire d'aller de page en page et de site en site qu'il perd souvent le fil. Dans une lecture linéaire, sans lien hypertextes, on suit beaucoup mieux la pensée de l'auteur et il a été constaté qu'on comprend mieux, qu'on mémorise mieux. 

A l'heure où nous réalisons nos premiers livres électroniques, on se pose la question : doit-on ajouter un maximum de liens pour aider le lecteur ou doit-on se limiter afin de lui éviter de trop nombreuses solicitations… le débat est ouvert.

Lucrece
Lucrèce, dans sa deuxième lettre à Lucillus, lui recommande :

"Prends-y bien garde, la lecture d'une foule d'auteurs et d'ouvrages en tout genre ressemble fort au caprice et à l'inconstance. Fais un choix d'écrivains pour t'y arrêter et te nourrir de leur génie si tu veux en tirer un profit durable et des souvenir fidèles. C'est n'être nulle part que d'être partout."

Je me demande quel genre de tweet @lucrèce enverrait de nos jours @lucilius 😉

 

Comments

comments