About Stéphane Leduc

Sur mon profil twitter vous pourrez voir que je me définis comme entrepreneur, éditeur et geek.

Entrepreneur

Minitel

Je n’ai jamais eu le statut de salarié en CDI et je ne m’en porte franchement pas plus mal car comme beaucoup de mes confrères, j’ai toujours eu des difficultés à entrer dans un moule… C’est une nature.

Après des études terminées à bac + 0 j’ai commencé ma carrière dans l’édition électronique de l’époque : le minitel ! Quelques années passées à travailler pour le Groupe Marie-Claire, le journal Libération puis le groupe NRJ.

Mon travail (on appelle ça maintenant webmaster) était constitué d’un mélange de technique (du code…), de graphisme (des gros carrés) et de rédaction (beaucoup de rewriting pour tenir sur des lignes de 40 caractères (bien pire que twitter avec ses 140 caractères ;-)). Malheureusement, je n’ai pas conservé ni retrouvé d’images ou de captures d’écrans de l’époque. Si contrairement à moi, vous en avez, je suis preneur.

F90X

Au début des années 90, le minitel s’essoufflait, France Télécom bloquait l’arrivée d’internet et j’avais envie de ne pas rester enfermé dans un bureau… Alors, je me suis fixé comme but de devenir photographe professionnel indépendant. Je partagerai sur ce blog quelques archives que je prévois de sortir de mes cartons dans les prochains week-ends.

J’ai connu dans ce domaine l’arrivée du numérique, une transition que j’ai trouvée passionnante et qui m’a permis de développer mon activité.

Au bout de quelques années, le métier de photographe me laissait une certaine frustration, sans doute l’impression de n’agir qu’en surface des choses, j’avais besoin d’autre chose.

Créer une entreprise est une aventure passionnante ; beaucoup de souffrance au début quand il faut cumuler des compétences à 360° avec l’impression de jouer un rôle d’homme-orchestre. Avec le temps, il faut que l’entreprise se structure car le métier d’entrepreneur est d’évoluer vers un rôle de chef d’orchestre. Pour progresser, je suis passé en 2007 par les bans de l’ESSEC et je suis actuellement membre du CJD Paris.

Editeur

Quand on me demande comment je suis arrivé dans l’édition, je prends mon souffle. Si j’ai créé les éditions Leduc.s fin 2002, c’est que je suis tombé dans l’édition quand j’étais petit : mon père est devenu éditeur quand j’avais 12 ans et on peut dire que je suis issu d’une famille de lecteurs.

On n’arrive pas dans ce métier sans un solide amour de la lecture, des livres et des rayonnages des librairies et surtout ceux plein de poussière des bibliothèques (publiques, familiales, scolaires…). Même si le web est devenu un concurrent sérieux, on peut encore m’enfermer une journée dans une bibliothèque sans que je ne cherche la sortie ;-). Rien ne m’amuse plus que de visiter les librairies dans les pays que je visite avec une préférence tout de même pour les pays dont je maîtrise la langue (anglais ou français).

Le livre a joué un autre rôle dans ma vie : j’ai détesté l’école et c’est grâce au livre que je me suis fait une éducation. C’est ce rôle de “professeur” qui m’intéresse le plus et ce qu’on tente de faire aux éditions Leduc.

Geek

Small step
Je suis né en 1969, à quelques jours des premiers pas de Neil Armstrong sur la lune. Est-ce que ça m’a prédestiné à devenir un geek ? Je me suis en tout cas nourri de science fiction, l’an 2000 m’a fait rêver toute mon enfance.

Ca fait déjà quelques années que l’an 2000 est passé et dans beaucoup de domaines, des choses incroyables sont arrivées… certaines dépassent de loin ce que nous pouvions en attendre : le web, le téléphone mobile, les ordinateurs, la visioconférence, la génétique, etc.

A notre époque et dans notre pays, nous sommes incroyablement pessimistes. Pourtant, nous vivons une époque de transformation telle que nous n’en avons probablement jamais connue…

Comme souvent, je ne résiste pas à l’envie de citer Winston Churchill :

The pessimist sees difficulty in every opportunity. The optimist sees the opportunity in every difficulty.

La curiosité

Plus j’avance dans la vie, plus j’aime apprendre. C’est d’ailleurs une qualité qui s’entretient car plus on apprend, plus on connait l’étendue de ce qu’on ignore… Après avoir été un geek de l’informatique, un geek de la photo, cela fait de moi un geek de l’apprentissage, c’est ce que j’ai envie de partager car je crois qu’avec la connaissance, on peut changer le monde, dans le bon sens…

View Stephane LEDUC's profile on LinkedIn

Leave a Reply